Le Roi Léon

Le Roi Léon
– Dans un tout petit royaume, il y a de cela très longtemps, vivait un roi qui s’appelait Léon. Comme il n’était jamais sorti de son château, il ne connaissait rien du monde. Comme il avait peur de ce qu’il ne connaissait pas, il (...)


Everyday

Everyday
Constance m’a soumis hier soir via email un défi-doléance : il s’agissait de commenter cette chanson – “Everyday”, de Buddy Holly – et d’ouvrir par là même une espèce de pensée constructive entre chansons et sentiments. Soit dis-moi ce que tu écoutes, je te (...)


La première dame de France

La première dame de France
Je viens de voir un très mauvais film en DVD, The adjustment bureau, avec Matt Damon et Emily Blunt, qui je pense (du moins j’espère) n’est jamais sorti dans nos salles. C’est mon pote loueur de cassettes qui me l’a conseillé – à sa (...)


Le temps ne s’arrangera pas en juillet

Le temps ne s'arrangera pas en juillet
Je viens de lire ce titre de dépêche, ai trouvé ça très poétique. Cela pourrait être dans une chanson, un poème. La météo dans les poèmes, la météo dans les chansons. Celles de Tom Waits par exemple. J’avais prévu de parler de lui dans (...)


Questionnaire de genre Proust

Questionnaire de genre Proust
Via l’excellente rubrique “Doléances”, Carine m’a posté ce questionnaire. Comme je suis un garçon bien élevé, qui sait choyer son lectorat, voici donc ces quelques réponses. Le livre qui vous a causé votre premier choc littéraire
. Très difficile. Sans doute un Boris Vian, (...)


Du luxe

Du luxe
Je viens d’écrire ces quelques phrases : “L’inconfort est un luxe en matière artistique. Les œuvres les plus abouties, celles que l’on considère majeures, se sont souvent faites dans le chaos. C’est ce chaos qui nous révèle. Le manque de temps et de moyens, (...)


Rigobert

Rigobert
La rue Garlande est triste, elle se réveille lentement. Un homme est assis là, depuis dix ans au moins, je l’ai souvent croisé. Je me souviens de son visage, je me souviens de son odeur. L’homme est assis là sous un porche. La rue (...)


Rue des Teinturiers (part 2)

Rue des Teinturiers (part 2)
Camarade festivalier mon frère, je te connais si bien. Tu erres de pavé en pavé, la tong lasse, le pantacourt exsangue, tu n’en peux déjà plus de ce mistral, de cette chaleur. Tu te serais bien arrêté boire un Pac à l’eau place des (...)


Rue des Teinturiers (part 1)

Rue des Teinturiers (part 1)
Je déteste les gens qui disent “en” Avignon, je les hais, il faudrait rouvrir Guantanamo pour eux, leur mettre une salopette orange et leur passer du Mireille Mathieu en boucle toute la durée du festival. Ça fait près de six siècles qu’Avignon n’est plus (...)


En rêve

En rêve
Je ne rêve jamais la nuit, je trouve ça vulgaire. Moi je rêve la journée, matin, midi et soir. C’est un peu mon métier, d’ailleurs. Quand j’écris je rêve, je sens les personnages, je vois les scènes, j’écoute les mots, j’imagine ce qui se (...)


Résumé des épisodes précédents Liens amis Doléances RSS